Le portrait du mois #4 : Sandrine Prenot-Picard, technico-commerciale chez CVP et chargée des relations avec les fournisseurs germanophones

Bonjour Sandrine, peux-tu nous décrire rapidement ton parcours ?

J’ai rejoint CVP en mai 2016, après 6 années dans le secteur de l’emballage industriel. Je souhaitais intégrer une entreprise à taille humaine, avec des valeurs fortes, qui met en avant et développe les compétences de ses collaborateurs, notamment au travers de projets transversaux. C’est aussi cette diversité des missions qui m’a attirée.

Après des études de Langues Etrangères Appliquées j’ai travaillé plusieurs années en Allemagne et aux Etats-Unis. J’ai toujours évolué dans un contexte multilingue et multiculturel.

Chez CVP, j’ai une double casquette : commerciale et achats qui me permet d’avoir une vision d’ensemble sur notre activité et l’opportunité de partager mes connaissances sur la culture allemande.

A quoi ressemble ton métier au quotidien ?

En tant que commerciale, j’aime avant tout le contact humain et la recherche de solutions. Nos clients sont tous différents de par leur activité, leur organisation et leurs problématiques. Les écouter pour mieux les connaître, les comprendre et leur apporter une solution sur-mesure, c’est ce qui rend mon travail intéressant et enrichissant.

En tant que salariée détachée du siège social, j’ai la chance de travailler depuis un espace de coworking à Paris, dans le quartier de la Gare de Lyon, qui me permet de côtoyer au quotidien des personnes de tous horizons. Cette variété me convient parfaitement !

Quelles sont les valeurs que tu prônes dans ta vie de tous les jours ?

CVP est une entreprise familiale centrée sur le bien-être de ses salariés, l’éthique dans nos relations avec nos partenaires, et le respect de notre planète. Je me retrouve tout à fait dans ces valeurs.  Je suis d’avis que nous sommes tous co-acteurs, chacun à notre niveau.

J’ai une devise dans la vie : celle de Melvin Jones, philanthrope américain et fondateur du Lions Club à Chicago en 1917. Il avait l’ambition de mettre le dynamisme, l’intelligence et le talent des hommes au service de leur communauté et donc de l’intérêt général.

Sa devise était  « On ne peut aller bien loin dans la vie si on ne commence pas par faire quelque chose pour quelqu’un ».